15 déc. 2020

Une moto d'exception

 

Mohr & Krauss, Nuremberg,1913

 

Cette moto-jouet allemande en tôle lithographiée d’une vingtaine de centimètres marquée de l’acronyme M&K apparaît pour la première fois en France dans le catalogue d’Etrennes du magasin parisien « À la place Clichy » de 1913. Ces catalogues ayant pour habitude de paraître en novembre/décembre et d’être datés de l’année suivante, on peut donc estimer que cette moto est présentée en tant que nouveauté de l’année 1913. C’est l’industrie allemande du début du vingtième siècle qui a produit les premières motos avec mécanisme et ont apporté le plus de soin et d’ingéniosité à leur fabrication. Les manufactures allemandes Lehmann et Günthermann furent les plus prolifiques, étant déjà présentes sur le marché du jouet mécanique avec des cycles et tricycles à mouvement. Les premières motos à friction sont au catalogue de ces marques dès 1910, et d’autres fabricants d’Allemagne comme Fisher, Muller & Kaderer, Mohr & Krauss (ce dernier n’ayant fabriqué que très peu de modèles) ont aussi produit des motos-jouets mécaniques. Mohr & Krauss confièrent dès 1910 à MOKO (grossiste en jouets qui publiait d’importants catalogues de jouets de bazar en Allemagne et à l’étranger), et à E. Hausmann la commercialisation de leur production.

Ce magnifique modèle a été produit dans la région de Nuremberg par la firme M&K, acronyme de Wilhem Krauss et Johann Mohr qui déposèrent la marque en 1893, en tant que fabrique de jouets de bazar et qui ferma dès 1917.

Parmi leur petite production, on connait un side car à mécanisme et cette magnifique moto bleue dont la particularité est d’être équipée d’un mécanisme à volant par inertie. La moto réelle choisie par M&K est la Harley Davidson Twin 5 D de 1909 dotée d’un bicylindre en V.

Le mouvement est donné à la moto à l’aide d’une manivelle placée sur le flanc gauche du jouet. La lithographie de la tôle est soignée et réaliste, les deux cylindres sont dessinés ainsi que les courroies de transmissions et poulies, tout en gardant le charme et la naïveté d’un jouet. Le pilote moustachu à l’air très concentré est lui formé de deux feuilles de métal lithographiées et embouties, assemblées à l’aide de languettes métalliques. Ses bras sont deux feuilles de métal mises en forme et ses mains astucieusement percées, ce qui permet à moindre coût de les solidariser du guidon de la motocyclette. Deux petites roulettes de métal sur un axe transversal assurent la stabilité du jouet pendant le fonctionnement.

 



Volant d’inertie placé sur la roue arrière de la moto. Les roues et rayons de la moto sont en tôle

Ci-dessus : la manivelle qui permet d’armer le volant à inertie

Photos : Hôtel des Ventes de Nîmes, merci à Olivier Vergne.

auteur: PASKY